Appel à la révolte des pigeons !!!

Horreur à ceux et celles qui utilisent des produits chimique ou des « accessoires de tortures » pour se débarrasser des pigeons, et malheur à ceux et celles qui nourrissent volontairement ces nuisibles, se qui entraîne ainsi l’emploi de méthodes peu respectueuses de l’environnement et des objets « barbares comme des pics ou pièges divers qui peuvent blesser bon nombre d’oiseaux.

De part ces réflexions j’ai réfléchie à une astuce, et j’ai créée un filet à pigeon à l’aide d’une pelote de fil de coton et d’un crochet, en fabriquant un genre de filet de pêche, finition 4 Cds accrochés qui ne nuisent à personne et effraie tout simplement les pigeons par leur effet miroir.

Le filet tiens tout simplement accrochés entre mes 2 volets.

Du coup très efficace, je n’ai plus de pigeons qui se posent sur ce rebord de fenêtre qui semblait être avant leur perchoir préféré dans tout l’immeuble.

DSCI0281 (2).JPG

Les Cds usagés tiennent à cheval sur le bord de fenêtre, je l’ai ai juste déplacer pour des raisons pratique, sinon il n’apparaissent pas très bien sur la photo.

Publicités

Mes aspirations profondes en amour

Un petit coup de gueule qui me fait du bien.

J’ai besoin d’aimer un homme comme il est et être aimée pour celle que je suis en retour.

Marre de l’orgueil mal placé, de l’avarice, de la colère, de la jalousie …

Je sais c’est tout à fait humain, mais franchement ça me soûle grave !!!

Plus envie non plus d’être paterné, materné, ou encore de jouer le rôle de maman, de secrétaire, ou de bobonne à Mr, je crois que j’ai eu sérieusement ma dose.

Marre aussi de supporter les reproches mal placés qui viennent souvent de personnes qui ne font pas mieux que moi, il est grand temps pour certain(e)s d’apprendre à « balayer devant leur porte » avant de juger trop facilement les autres.

En retour, je suis autonome, libre d’avancer à mon rythme et ça m’insupporte les jugements que je trouve parfois très injuste.

 

Bipolarité : maladie ou souffrance psychologique extrême ?

Avant de commencer :

Je tiens juste à préciser que cet article ne reflète que ma propre expérience, ne se base pas sur des statistiques ou études à vocation médicale ou je ne sais quoi d’autre, je partage juste mon sentiment à ce sujet dans un but de bienveillance.

La bipolarité de ce que j’en ai compris, serait une accumulation plus ou moins répétitive d’Etats dépressifs grave, ainsi que des troubles de l’humeur associés.

IL y a quelques années seulement (aux environ de 2010) j’ai appris par hasard que ma mère malade depuis toujours, aurait été en fait bipolaire avec un diagnostique évalué très très tardivement, je l’ai toujours connu gavée de tonnes de médicaments (pour « les nerfs » et la dépression) plus inefficace les uns que les autres, contribuant à faire d’elle un véritable « légume »

Malgré de nombreuses hospitalisations, après de toutes aussi nombreuses tentatives de suicide elle n’en ais malheureusement jamais sortie et elle a fini par rendre l’âme dans un hôpital spécialisé l’année dernière à l’age de 79 ans.

Si je vous parle de ma mère c’est juste par ce que, vu l’état de fait et que j’ai également connu des états dépressif grave, un médecin se basant sur ses antécédents, m’a donc déclarée bi-polaire également, faisant état d’une part de génétique non négligeable dans ce genre de pathologie.

Les symptômes dépressif de base :

– Tristesse
– Tensions interne (anxiété)
– Troubles du sommeil
– Perte d’appétit
– Difficultés de concentration
– Sentiments d’inutilité
– Perte d’intérêts pour ses activités préférées
– Sensation d’être au ralenti

Tous ses nombreux troubles ont détruit mon corps à petit feu pendant des années interminable.

Je pense et constate, que lorsque l’on est mal entourée par des personnes plus ou moins proche de nous, et que l’on a du mal à dire non à des personnes qui s’avèrent néfaste à notre existence, qu’on serait amené plus facilement à développer des sentiments de malaises, que notre corps nous alerte à sa façon et que l’on est pas prêt à l’écouter, cela peut provoquer en nous des maladies plus ou moins grave et sérieuse, cette souffrance énorme qui ne trouve pas sa place pour sortir, va participer à développer un mal être général et nous pousser vers la dépression ultime.

Est-ce dans ce cas de la bipolarité ou tout simplement un mal-être très profond qui nous détruit ?

Je souhaite vivement joindre une image trouvée sur le net qui m’a vraiment interpellée, et qui est criante de vérité pour ceux qui croient que l’on fait exprès d’être mal, et qui au vue des apparences quand on va très mal, nous font passer pour de gros fainéant qui se plaignent tout le temps, qui dorment tout le temps…
Qu’être dépressif n’est pas un signe de faiblesse bien au contraire.

18670832_1831038040556108_3899825420716054256_n

Reste à savoir qu’au moment où j’écris cet article, je vais très bien et ne prend aucun médicament.